mardi 27 mai 2014

Why do all good things come to an end?


City of Heavenly Fire 


Et voilà. On y est. Encore une fois, je me retrouve face à l'ultime tome d'une saga époustouflante, incroyable, merveilleuse, magique. Encore une fois, je suis partagée entre l'envie de dévorer ce livre d'une traite, et celle de faire durer le plaisir, de savourer chaque page, chaque phrase, chaque mot. La Cité des Ténèbres, ou The Mortal Instruments, ça a été mon dernier vrai coup de coeur au niveau des sagas fantasy. Après Harry Potter (qui restera toujours la première, la meilleure) et Twilight (qui a perdu de sa crédibilité après les films), je me suis heurtée à plusieurs séries, qui étaient distrayantes, sympas à lire, mais je n'avais jamais plus ressenti cette fièvre, ce désir, ce sentiment d'appartenance. 
Cassandra Clare est une magicienne. Elle a su créer de toutes pièces des personnages terriblement attachants, un tout nouveau contexte original et tellement crédible... Et plus que tout, elle a su créer une histoire inoubliable, le genre d'histoire qui t'habite au point que tu aies l'impression que les mots sont gravés dans ta peau. 
Et puis Jace. Jace Wayland, et Will Herondale. Et tous ces personnages qui ne ressemblent à aucun autre. Je refuse de croire que ces 725 pages abritent les dernières répliques cinglantes de Jace. J'ai l'impression de le connaître si bien qu'il pourrait être un ami, ou mon frère. Quand je refermerai ce livre, je saurai ce qu'il sera advenu de chacun de ces personnages que je chéris tant. Alors certes, je pourrai le relire, les relire tous les six, mais je saurais. Il n'y aura plus jamais ce suspense, cette adrénaline qui fait monter les larmes et battre mon coeur à cent à l'heure. 

Je ne sais même pas si, après cette saga, j'aurais encore envie d'en découvrir une autre. Ce serait génial, c'est sûr. Mais je crois que la boucle est plus ou moins bouclée. J'ai eu la révélation, Harry Potter. La confirmation qui s'est muée en déception, Twilight (et je trouve ça triste, parce que j'ai adoré la trilogie... mais le quatrième tome était déjà inutile, et les films ont dégradé la magie des livres). Et puis il y a eu l'apothéose, La Cité des Ténèbres. 

Mais il reste une lueur d'espoir avec The Dark Artifices, la prochaine trilogie de Cassandra Clare, basée elle aussi sur l'univers des Chasseurs d'Ombres. Si elle est à la hauteur de The Mortal Instruments et de The Infernal Devices - je n'en doute pas une seule seconde -, de longues heures de lecture m'attendent encore. 

Sur ce, je vais essayer de travailler. Mais c'est dur de me concentrer sur des livres qui ne sont pas CoHF aujourd'hui...  

mercredi 21 mai 2014

they don't need to understand.

 
Plus d'un mois sans poster, on bat des records non ? Mais en même temps, j'avoue que ce blog ne fait vraiment plus partie de mes priorités. 
Là ce soir, vu qu'il pleut des cordes (on a eu droit à trois jours d'été, fallait pas en demander trop non plus), je peux m'accorder quelques minutes pour remettre à jour ce site. Parce qu'en temps normal, je préfère sortir, voir des gens, découvrir de nouveaux lieux, goûter de nouveaux plats, vivre ma vie quoi. Et depuis que je vis à Paris, je vois ce que c'est que de vivre à cent à l'heure. Heureusement que je suis obligée d'aller me poser sur une chaise au travail de 9h30 à 18h, parce que sinon je crois que je serais en vadrouille à longueur de journée. 

En plus, Game of Thrones a repris début avril, Andy Biersack a sorti la première chanson de son projet solo Andy Black (vidéo ci-dessous), qui est plus que merveilleuse, mes premiers "bébés" (comprendre : les livres auxquels j'ai participé) sont sortis et j'ai terminé le dernier, Il faut sauver Zoé (que j'ai géré du début à la fin, que je connais par coeur, que j'attends avec teeeellement d'impatience! CHEZ VOUS LE 12 JUIN, GO!).
Niveau concerts, j'ai vu Panic! At The Disco le 4 mai (aaaah, c'était géniaaal), Architects le 16 avril (+ je tiens à signaler l'un des pires mosh-pits de ma vie, j'me suis pris un pied dans le front, j'suis ressortie avec des bleus BREF violence ultime). Et je crois que c'est tout, vu que le show de Neon Trees a été reporté et celui de Hawthorne Heights annulé. 
Et le weekend de Pâques j'étais rentrée dans ma chère Alsace, et J'AI MONTE A CHEVAL. Et c'était génial, malgré mes appréhensions, malgré les courbatures du lendemain, j'ai adoré retrouver ces sensations, ce vertige, cette adrénaline avant l'obstacle, cette impression de planer quand les quatre sabots du cheval quittent le sol... Et ça me manque. C'est sans doute ce qui me manque le plus ici. 
Dimanche dernier j'étais à l'hippodrome d'Auteuil pour le Grand Steeple-Chase de Paris. Ca aussi c'était chouette, ça m'a fait du bien d'être entourée de passionnés, même si certains le sont pour les mauvaises raisons, ça m'a fait du bien de voir des chevaux, d'entendre leurs foulées sur le sol dur... Même si le monde des courses me dérange (entraînements trop intensifs, coups de cravache, paris, etc), ça n'en reste pas moins un monde qui m'attire. Allez comprendre. 

Il me reste sept semaines de stage. Sept semaines avant de quitter les bureaux de Michel Lafon, et chaque jour qui passe j'aime un peu plus mes collègues, et chaque jour qui passe je réalise à quel point ça va être dur de trouver mieux ailleurs. Ca va même être dur de chercher ailleurs, en fait. Mais pour le moment, j'essaye de me concentrer aussi sur mon mémoire et mon rapport de stage. Et je ne peux pas m'empêcher d'espérer qu'un avenir m'attend à l'étranger...

Je vais pas revenir sur tous les détails de ces derniers mois. Mais je vous poste quelques petites photos, juste histoire d'illustrer un peu ;-)

Bonne nuit tout le monde !

video