dimanche 29 décembre 2013

What now?

Le week-end touche à sa fin, mon dernier week-end alsacien avant mon emménagement dans la capitale. Samedi soir, c'était Kristal (juste pour rire, faudrait compter le nombre de fois où j'ai écrit cette même phrase dans mes articles...), fermeture, after. Et c'était géant. Pourtant ma vie n'a pas changé fondamentalement, mais ça faisait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi appréciée. Et vivante. Et ça fait du bien. 
Aujourd'hui, j'étais complétement à la ramasse. Mais vraiment. Les yeux qui me font mal, une horrible migraine, l'envie de rien foutre et la flemme de ressembler à quelque chose. C'était pas glorieux, mais si ce sont les seules conséquences à subir après une soirée comme celle d'hier, ça ne me dérange absolument pas. 

Mais ce soir, j'ai pas réussi à récupérer assez de forces pour avoir la motivation de bouger de mon canapé. Je vous écris donc en direct live de sous un plaid, un thé et des chocolats à côté de moi, Game Of Thrones en attente de lecture. Je vous souhaite une très bonne soirée, bon courage à tous ceux qui doivent aller bosser demain !

samedi 28 décembre 2013

Good girls bad guys.

Le temps passe trop vite, désolée du silence radio de ces deux dernières semaines. Noël est passé, j'ai encore une fois été gâtée, je suis l'heureuse propriétaire (ou plutôt, l'heureuse concubine? haha) d'un merveilleux iPhone 5S, j'ai l'impression d'être un peu superficielle en disant ça mais ça me change vraiment la vie.. 

Puis je suis aussi en possession de mes CLES D'APPARTEMENT ! La semaine prochaine, je serai officiellement Parisienne pour au moins six mois. Ca va me changer de ma campagne, j'imagine que j'aurai quand même quelques coups de blues parce que la ville, ok j'aime bien, mais j'ai besoin d'air, et y a pas de Central Park à Paris. Mais ça va être bien ! Et ça va enfin un peu bouger. 

A part ça, y a eu quelques coups durs ces derniers temps, des manques qui se creusent et qui s'éternisent. 
J'ai besoin de voir autre chose pour penser moins, je crois. 

Les p'tits pingouins que j'ai faits pour notre soirée de Noël avec les filles de la fac, le 19 ! 
Trop choux nan ?

dimanche 15 décembre 2013

"Wild & running for one reason, they can't stop us from our freedom"

Je reviens de deux jours merveilleux à Paris. Surtout le premier, en réalité, mais il était suffisamment chargé pour valoir pour deux jours. Déjà, j'ai enfin pu revoir ma Sarah (et rencontrer ses chiens-trop-chous), mon week-end n'aurait pas pu mieux commencer. C'était trop court, mais ce sera toujours trop court de toute façon, et puis ça fait du bien de savoir que d'ici un mois, on ne sera plus qu'à quelques misérables minutes de transport l'une de l'autre. 
Ensuite, j'ai retrouvé Sam (après, euh.. quelques années sans la voir) sur un quai de métro, on a rejoint notre hôtel Porte de La Villette pour poser nos affaires avant de nous rendre au Cabaret Sauvage en milieu d'après-midi, où pas mal de fans attendaient déjà pour le concert de (souvenez-vous)... BLACK VEIL BRIDES ! J'ai très vite des envies de meurtre, très vite faim, très vite froid, mais trop hâte. La file grossit à vue d'oeil, à 17 heures on n'en voit plus le bout. Heureusement qu'on n'est pas venues trop tard quoi.

J'vous passe les détails de la file sous la pluie qui commence à tomber, de l'entrée dans le Cabaret, sachez juste qu'on arrive à chopper des places assez devant (genre cinquième rang), légèrement vers la droite (devant Ashley). A peine entrée, le premier groupe de première partie, Strawberry Blondes, entame son set. Mouais, bof. Le son est mal réglé, le guitariste/chanteur en fait des tonnes, ça gâche tout parce que le bassiste et le batteur ont vraiment des têtes sympas, et ils étaient à fond dans leur truc. 
Arrivent ensuite les mecs de Heaven's Basement. J'aimais bien leur musique, mais je n'avais encore jamais vu en live, et franchement... ça déchire. Mention particulière à Sid Glover, le guitariste, il est impressionnant c'est juste un truc de fou quoi. J'ai même droit à "Nothing left to lose", ma préférée. Et même si j'ai hâte de voir BVB, ça ne m'aurait absolument pas dérangée s'ils avaient encore fait une ou deux p'tites chansons (c'est rare que je dise ça, quand même)


Mais l'heure est arrivée, ça crie, ça pousse, j'ai déjà grappillé un rang (sans pousser comme une brute, suffit de se faufiler subtilement), CC arrive sur scène et prend place derrière sa batterie, puis arrivent Ashley, Jake, Jinxx et Andy. Ca me fait trop bizarre, genre j'ai l'impression de regarder une énième vidéo d'eux en live mais non, cette fois ils sont bien là, devant moi. J'ai l'impression de rêver, mais aussi de les avoir vus toute ma vie. 
Ca commence avec Shadows Die, la salle est au taquet, les fans chantent à tue-tête (moi avec), ça pousse un peu et je me retrouve au troisième rang, bam. I Am Bulletproof, Wretched & Divine, j'en hallucine tellement c'est bon et tellement ça paraît irréel. 
Vient ensuite Knives & Pens, leur première chanson, le public braille les paroles encore un peu plus fort. Je suis bluffée par la complicité que le groupe arrive à nouer avec ses fans, et par les étoiles dans les yeux de tous les membres, comme s'ils voyaient un public pour la première fois de leur vie. La tête d'Andy quand il remarque que les fans chantent plus fort que lui et qu'il lâche le micro, avec son sourire ahuri et ses yeux qui brillent. La langue d'Ashley quand... Euh, quand quoi déjà ? J'ai eu comme un bug à ce moment là, AHEM (il paraît que j'avais une touche, mince alors). On a encore The Legacy, Rebel Yell et Perfect Weapon avant le solo de CC sur... We Live for the Night de Krewella. Genre, la chanson sur laquelle je danse habituellement tous les samedis soirs au Kristal HAHA BIG JOKE. Et après, après, MA chanson, Rebel Love Song, que j'adore "PQT x3000" comme diraient les kikous. Ashley revient pour un eye-contact, mais le must c'est quand même Andy qui me fixe genre il a vu un fantôme. Non c'est juste moi, seule grande blonde au milieu de hobbits aux cheveux noirs et aux yeux eye-linerés jusqu'aux oreilles. C'est sûr que je fais tâche, normal que j'attire un minimum l'attention mais ça n'aurait juste PAS PU mieux tomber que sur cette chanson quoi. 
J'attends Let You Down, c'est censé être la prochaine chanson du concert... mais elle ne vient pas, et ils passent direct à Nobody's Hero. J'ai un peu l'seum, mais j'en profite pour appeler ma soeur, ça pousse tellement et j'suis tellement coincée que je sais pas si j'arriverai à accéder à mon portable pendant très longtemps encore. 
Ensuite, ils nous disent salut-salut, genre on se casse bye bye, EUHHH PAS SI VITE LAAA. Les fans sont au courant que la prochaine chanson est censée être Fallen Angels. Mais avec deux chansons qui sont tombées au cours du set, j'crois qu'on a un peu peur qu'ils ne fassent qu'un seul rappel, et au lieu de gueuler "BLACK VEIL BRIDES" pour les faire revenir, on commence tous à chanter "We scream, we shout, we are the fallen angels", d'une même voix, et ils reviennent sur scène assez étonnés et touchés, avec Andy qui lance à Ashley "Euh, Ashley, t'entends ce qu'ils veulent?". Ils finissent par jouer la chanson à leur tour -OUF-, avant d'enchaîner avec In The End, et j'ai envie de pleurer. Pleurer parce qu'ils sont géniaux, parce qu'encore une fois je réalise que j'ai raison d'aimer ce groupe, pleurer parce que ça fait trop longtemps que j'attends, pleurer parce que c'est bientôt fini. Quand la chanson touche à sa fin, chacun distribue serviettes/médiators/baguettes/bouteilles d'eau, c'est la folie dans le public, puis ils repartent en faisant des grands signes d'au revoir. 




A la sortie, on retrouve les mecs de Heaven's Basement, on prend des photos avec eux, je dis à Sid à quel point je l'ai trouvé extraordinaire, il me remercie et commence à entamer une discussion, me disant qu'ils reviendraient sur Paris en avril, mais que c'était à une heure de route quand même, qu'ils aimaient bien la France, blablabla. Cool Raoul, je serai là si tu m'invites haha. On fait encore quelques photos avec eux, puis c'est la sortie... avec passage obligé à l'arrière, pour attendre de voir des silhouettes se faufiler jusqu'à leur bus haha. 



mardi 10 décembre 2013

Brotherhood.


Basically, Mike couldn't look up to Vic. Vic is way too small for that... 
(and I still believe Vic is secretly Peter Pan or something. He never looks like he's actually aging)


dimanche 1 décembre 2013

#RIPPaulWalker








Aujourd'hui c'est lui, et c'est déjà un sacré coup, après toutes ces années à revenir régulièrement le voir sur grand écran.. 
Mais ce qui m'effraie le plus, c'est.. ce sera qui demain ?

vendredi 29 novembre 2013

X-Mas Wishlist.

La magie de Noël a -déjà- eu raison de moi. 

J'ai déjà envie de commencer mon shopping de Noël, et comme tous les ans je vois trop grand, j'ai envie d'offrir des cadeaux à tout l'monde. Malheureusement, mon compte en banque ne suffit pas. Sérieux, faudrait vraiment que je trouve un moment d'être riche, parce que dans ce cas là je serai pas la seule à en profiter, vous seriez tellement gâtés (et gavés, parce que j'aime trop inviter les gens au resto haha) que vous aimeriez trop que j'sois riche. MAIS il faut encore attendre un peu, alors cette année ce sera sûrement cadeaux handmade, comme assez souvent. Mon âme de bricoleuse qui s'exprime !

Puis en parallèle, j'ai moi aussi dressé ma petite liste, même si je sais que je ne devrais pas, même si je sais que plus personne n'en tient compte, mais vous avez sûrement pu remarquer au cours de mes 300 articles (oui oui, ce soir c'est le 300ème!) que J'ADORE LES LISTES. Passe-temps favori n°1 : faire des listes. Liste de courses, liste de choses à faire dans ma journée, playlist, liste de films et séries préférés, liste de calories, liste de gâteaux à faire, liste de restaurants où je veux aller, liste de personnes à inviter pour telle ou telle fête, liste de pays à visiter, liste de concerts, liste de choses à faire avant de mourir, LISTE DE NOËL. Donc, j'ai aussi fait ma liste de Noël, pour ceux que ça intéresse elle est consultable ICI, sur mon board Pinterest.

Donc si jamais toi, cher petit visiteur inconnu, si tu veux me féliciter pour ce 300ème article et que t'as un peu d'argent en trop, le iPhone 5S ce sera en 32go hein.. Et si mon p'tit Mexicano de Mike passe par ici passe par là, le mégapack Pierce The Veil c'est QUAND TU VEUX JE L'ATTENDS ! 


Merci d'avance à vous tous, vous me comblez déjà par vos visites, c'est la preuve que je raconte peut-être parfois des trucs un peu intéressants ;-)



workhardplayhard.workhardplay.workhard.workhard.workhard.workbitch.

I  a m  e x h a u s t e d  . 


Besoin de parler un peu d'autre chose que de ces jeunes ados rebelles qui délaissent la lecture au profit des séries télé, applications débiles et autres jeux vidéos - grosso modo le sujet de mon fameux mémoire. 
Le feu est de retour dans la cheminée, les gros pulls sont de nouveau de sortie, les écharpes et bonnets aussi... et les décorations de Noël germent de partout (cela dit, on est seulement en novembre encore...). Avec les quelques flocons auxquels on a eu droit cette semaine, je trouve que ça sent déjà bon Noël. J'ai eu droit à mon premier vin chaud dimanche dernier, et le marché de Noël de Strasbourg ouvre ses portes aujourd'hui, ce qui veut dire que la semaine prochaine... :):).



Profitez tous de ces quelques jours/semaines avant Noël pour manger plein de bredeles, de chocolats, boire plein de vin chaud et de jus de pomme épicé ! Le régime, on le retrouvera sur la liste des bonnes résolutions pour 2014 ;-).

jeudi 28 novembre 2013

Happy Thansgiving!


La végétarienne que je suis vous encourage à ne pas vous gaver de dinde gavée en cette période de Thanksgiving. Surtout pas quand la dinde en question a une tête mignonne comme ça. Ce serait un trop gros gâchis. 


Sinon, le 9 décembre je serai enfin libérée d'un sacré poids. Le 13, je passerai une soirée inoubliable. Et le 16 au soir, j'irai me coucher le coeur et l'esprit légers. Au plus tard vendredi 20 décembre, je dirai adieu aux bancs de la fac... en fait ça fait carrément bizarre écrit noir sur blanc. Puis en janvier, ce sera Paris. Et ce sera à moi de faire bouger les choses comme il faut. ON Y CROIT. 


Chanson de la nuit bonne nuit (LA berceuse dont je ne me lasse pas)


jeudi 21 novembre 2013

Undone.

“I know people think suicide is selfish, and maybe sometimes it really is. But what happened to Kai was beyond what anyone should have to cope with. I didn’t blame him, not really. It just broke my heart that I wasn’t enough to keep him here.” 


“It’s amazing, the lies you can tell yourself. 
Even more amazing, the lies you can believe when you’re desperate enough.”  


“I never lost the certainty that he was the perfect boy. The perfect boy for me anyway. 
I just tried not to think about it, because it made me ache inside.” 


“Has this version of me been lurking there all along, somewhere deep below the surface, 
biding its time, waiting for its chance to make an appearance?”  


“Everyone thought that things were getting back to normal. They had no idea that normal didn’t exist for me any more. Normal had been smashed on the rocks beneath the bridge.” 


 These quotes are from the novel Undone, written by Cat Clarke.
Everything reminds me so much of how I feel inside...


Les VRAIES pièces utilisées dans la partie d'échecs sorciers grandeur nature dans Harry Potter à l'Ecole des Sorciers (HP1). #swagg

mardi 19 novembre 2013

Dream out loud.

Tout le monde est sans cesse à la poursuite du grand Amour, tout le monde cherche à se faire aimer et apprécier partout, par tout le monde. A quoi ça sert, augmenter le nombre de vos followers sur Twitter ? Vous donner l'impression d'être quelqu'un de bien ? C'est normal que l'on veuille être aimé, c'est sûr, mais pour ma part j'ai toujours préféré aimer que d'être aimée. Ca peut vous rappeler une chanson - et je ne veux même pas le savoir - mais c'est la vérité. Quand j'aime quelque chose, ou quelqu'un, j'ai l'impression que ma vie trouve un sens, un nouveau souffle, que j'ai une raison d'être. Et peu m'importe d'être aimée en retour : tant que j'aime, je suis heureuse, j'ai de l'espoir, j'ai envie de sauter, de chanter, de danser partout et tout l'temps.
Quant au fait d'être aimée, faut dire que tout dépend de la personne qui t'aime, de la façon qu'elle a de t'aimer. Je trouve ça assez égoïste de chercher à être aimé(e), sans forcément rendre la pareille.

J'avais compris ça il y a bien longtemps déjà. Quand au collège, puis au lycée, on me collait une étiquette parce que je n'entrais pas dans la même case que les autres, c'est vrai que j'en ai souffert, mais je m'en foutais parce que la musique que j'écoutais, les fringues que j'aimais, les amis que j'avais comptaient plus que le simple regard des autres. J'aimais déjà tellement que je me foutais pas mal d'être aimée par des gens qui se permettaient de me porter un jugement sur ma simple apparence. 
Et puis les choses ont changé. J'ai perdu des gens qui m'étaient chers, certains se sont éloignés, d'autres sont partis pour ne jamais revenir. J'ai même du arrêter l'équitation pendant un moment, ce qui m'enlevait une autre source de détente et de plaisir. Me retrouvant seule face aux regards intransigeants des autres, j'avais déjà perdu une partie de cette confiance, une partie de cette joie de vivre. Je compensais tout avec la musique, c'était la seule chose qui ravivait encore la flamme d'espoir qui subsistait en moi. J'aimais la musique, plus que tout au monde, puis j'ai eu cette révélation au début de mes années lycée : ma vraie vocation était de devenir journaliste musical
Ce n'est pas une lubie d'ado, ou un fantasme infondé. C'était juste la combinaison des deux choses qui m'ont aidée quand j'étais au plus bas, des deux choses auxquelles j'ai jamais crues : l'écriture et la musique. Je pourrais dire qu'écrire et écouter de la musique m'ont sauvée, si ça ne faisait pas tellement cliché d'emo dépressif (même si, avouons-le, à une certaine époque de ma vie je faisais indéniablement partie de cette catégorie)

Mais encore une fois, les années se sont écoulées, j'avais perdu une part de moi-même, je commençais à m'éteindre et à devenir un peu comme les autres, parce que leurs regards m'avaient trop blessée. J'avais l'impression que tout foutait le camp, même les groupes que j'admirais tant ont gardé le silence, comme s'ils me boudaient, et je n'avais plus de musique à laquelle me raccrocher quand ça n'allait plus. 
Ne plus aimer inconditionnellement m'a fait perdre une certaine joie de vivre, j'avais l'impression d'incarner un personnage qui n'était pas moi, qui faisait des choses qui ne me ressemblaient pas. Je me suis raccroché à Fils, de toutes mes forces, je savais qu'il était assez fort pour nous deux, puis on me l'a enlevé aussi.
Je n'accordais plus d'importance à l'amour, sous aucune de ses formes, je n'y croyais plus, je ne m'en croyais plus digne. J'ai essayé de me fondre dans la masse, de passer inaperçue pour qu'on ne puisse plus rien me reprocher, qu'on ne puisse plus me juger ni sur mon apparence, ni sur mes goûts. Et je sentais qu'il manquait quelque chose. Que je n'étais plus moi. 

C'est assez récemment que j'ai eu ce nouveau déclic, celui qui me fait sourire aujourd'hui, même si tout n'est pas rose, même si j'ai des tas de trucs à faire, même si malgré moi j'ai peur de ce que l'avenir me réserve. 
Je n'accepte plus qu'on me traite comme une marchandise, comme un objet. Je veux être respectée pour ce que je suis et pour ce(ux) que j'aime. Et surtout, je ne veux plus perdre mon temps à essayer de me fondre dans la masse. Je n'ai qu'une vie, je n'ai droit qu'à une chance, et je vais la saisir. J'ai déjà un pied dedans, mais si je veux vraiment percer dans le milieu du "journalisme musical", j'ai encore du pain sur la planche. Mais c'est ce que je veux faire, et je sais que je le ferai bien parce que ça me passionne, parce que je suis avide de tout savoir, parce qu'on m'a déjà dit que j'étais faite pour ça. 

Ce sera à moi de me démarquer l'année prochaine, de démarcher, de tester, de prouver, de me donner à fond. J'ai déjà commencé, d'ailleurs. Et toi, qui lis ce blog, que tu me connaisses ou non, et peu importe ton âge, il est temps de réaliser que toi aussi, tu n'as qu'une vie pour réaliser tes rêves. Ne laisse pas passer ta chance ; le pire qui puisse t'arriver serait d'avoir une expérience supplémentaire - qui ne pourrait pas être négative, étant donné qu'elle te servirait de leçon de vie. 

Je veux prouver à tous ceux qui m'ont jugée et condamnée, à tous ceux qui m'aiment, à moi-même, mais aussi à tous ceux qui sont partis, je veux leur prouver que je suis une battante, que je ne lâche pas. J'ai déjà trop de regrets et de remords, il est temps d'oser un peu plus. 


 Bryan Stars, mon mentor absolu haha

Alors peu importe que je sois aimée, tant que je fais ce que j'aime, que j'ai des gens que j'aime autour de moi, il n'y a pas de raison que ça aille mal. Je vais me battre pour tout ce - et tous ceux - que j'ai déjà perdus, et même si cela devait me mener dans une impasse, je saurai me relever, me remettre sur les rails. Je n'ai pas besoin que l'on m'aime autant que moi, j'aime. La seule chose que je demande, c'est que l'on me fasse confiance, ou qu'on me laisse tranquille.


mardi 12 novembre 2013

"Le coeur a ses raisons que la raison ignore"

On dit souvent qu'il faut s'ouvrir un maximum de portes, histoire d'avoir le choix le plus large possible. Aujourd'hui, j'aimerais pourtant que l'on m'impose quelque chose. J'aimerais ne pas avoir le choix.

Qu'est-ce que je dois faire ? Suivre ma raison qui m'emmène vers un stage dans une maison d'édition parisienne renommée, avec salaire à la clé ? Ou suivre mon coeur qui me hurle de foncer dans ce pays que j'aime tellement et accepter l'offre de stage, non rémunéré, dans une plus petite maison d'édition à Montréal ? 

Je ne pensais pas avoir à faire un choix de ce niveau là. Et j'ai envie, plus que n'importe quoi, de partir au Canada, de retrouver cette mentalité, ces gens si accueillants, ces paysages, cette vie que j'aimerais découvrir davantage... Mais les missions du stage à Paris répondent elles aussi à tout ce que j'espérais. Alors quoi ? Je fais quoi ?
J'ai envie de partir, et je sais que si je ne pars pas à Montréal en janvier, je partirai quand même l'été prochain. Peut-être que je pourrai encore partir après, peut-être pas. Est-ce que ce n'est pas, genre, ma dernière chance pour partir là-bas ?

J'aimerais que quelqu'un réponde à ces questions, que quelqu'un puisse me dire ce qui est le mieux pour moi, parce que je sais que les deux options me conviendraient très bien. Je veux juste savoir ce qui conviendrait le mieux.




Puis juste, alors que j'me prends la tête à réfléchir et que j'suis un peu perdue, y a un truc qui me redonne le sourire : 


J'donnerais n'importe quoi pour vivre ça en live.
Et Mike, Mike, Mike...

lundi 4 novembre 2013

#Mes20Séries

1. Gossip Girl
2. 90210
3. Once Upon A Time
4. The Vampire Diaries 
5. Game Of Thrones 
6. One Tree Hill 
7. Grey's Anatomy 
8. Dr. House
9. Ghost Whisperer
10. Mentalist
11. Drop Dead Diva
12. Heroes
13. Desperate Housewives
14. Pretty Little Liars 
15. Esprits Criminels
16. Glee
17. Carrie's Diary
18. The Originals
19. How I Met Your Mother
20. Roswell 





Vingt des séries qui m'ont marquée (en bien). En italique, celles qui sont finies. En gras, celles dont j'ai vu t-o-u-s les épisodes diffusés jusqu'à présent. Je n'ai bien sûr pas cité tous les dessins animés, genre Pokémon, La Famille Pirate & cie, mais maintenant que j'y pense ça pourrait faire un chouette article à l'avenir... ;-)


dimanche 3 novembre 2013

L o n d o n .

Et voilà, déjà de retour, des souvenirs plein la tête. Je vais énoncer les grandes lignes de ce -court- séjour avec Charlotte, pour éviter de trop m'étaler comme j'en ai si souvent l'habitude. 

Après une première soirée du côté de Piccadilly's Circus, à errer d'une boîte à l'autre, on finit par aller à deux soirées différentes, au Rumba et au Rise, deux boîtes de nuit. Nuit d'Halloween oblige, on se fraye un chemin dans le métro, les rues et en boîte au milieu d'une horde de zombies, vampires et autres créatures mystérieuses (félins, Prince William, Pokémons, Minions et compagnie). L'ambiance est assez déjantée dès le début de soirée, les gens sont assez... ouverts, on va dire - en tout cas plus qu'en France.

On finit notre nuit aux alentours de quatre heures et demi, notre réveil sonne à six heures.. Ouch. Mais la motivation de notre journée visite/shopping prend le dessus et on se retrouve dans Primark à huit heures tapantes, pour deux heures d'essayage, d'hésitations, de coups de cœur et de dépenses effrénés. On va encore dans l'un ou l'autre magasins, je dois freiner mes ardeurs dépensières (pourquoiiiii? la vie est trop injuste), jusqu'au fameux Drop Dead Store dont je rêve depuis genre, euh... six ans, déjà. Je ressors de là avec seulement un bonnet, me promettant d'y revenir symboliquement à chaque fois que je retournerai à Londres. Parce que oui, j'y retournerai forcément.
Après un passage express pour déposer nos sachets shopping à la chambre, Charlotte et moi on repart direction Buckingham's Palace, puis King's Cross et LA VOIE 9 ¾. Première halte de notre pèlerinage de Potterheads
Ensuite on enchaîne Camden Town (tatouage, pas tatouage..? ;-), Big Ben, Westminster Abbey, London Bridge (sans vraiment le vouloir...) et Tower Bridge. On fait ça vite et bien, on termine même par un dîner dans un resto-pub typiquement anglais que Charlotte me fait découvrir (avec en prime, dégustation d'un cocktail-spécial-de-là-bas). 

Puis hier, samedi, c'était LE GRAND JOUR. Visite matinale des studios Warner "Harry Potter". Je suis incapable de décrire, de définir ça. C'était magique, même si le jeu de mots peut faire cliché certes, mais je ne vois rien d'autre. J'en ai pleuré, à plusieurs reprises au cours de la visite (oui, je suis une fille émotive, surtout quand il s'agit de LA saga littéraire qui a sans doute influencé toute ma vie, jusqu'à mes choix universitaires), j'aurais voulu tout prendre en photo, tout filmer, tout acheter, j'ai gravé chaque.instant.de.la.visite dans ma tête, chaque détail, chaque information que je parvenais à dénicher à droite à gauche. J'étais passionnée, fascinée, absorbée, transportée, bouleversée par tout ce que je pouvais voir, entendre et comprendre.
Alors OUI, ça vaut amplement le coup d'aller aux studios Harry Potter, pour tous les fans de la série, mais aussi pour tous les gens qui ont côtoyé des fans comme moi, s'interrogeant parfois sur la stabilité mentale du Potterhead en question. Cette visite ne prend que trois heures, mais elle peut véritablement bouleverser tout ce que vous vous étiez imaginé jusqu'à présent.

Je ne pourrai jamais expliquer à quel point j'admire J. K. Rowling pour l'univers qu'elle a su faire exister pour toute la communauté de fans, mais aussi de l'engouement qu'elle a suscité chez les adultes, et chez tous les professionnels qui ont mis cœurs et âmes à faire vivre la saga, jusqu'aux plus petits détails. 

          


mercredi 30 octobre 2013

Raised by wolves.

Demain, direction L O N D R E S

Aujourd'hui, on a eu droit à une belle journée, avec la présence exceptionnelle du soleil (AMEN). J'en ai profité pour faire une virée footing dehors, après avoir passé le reste de la journée à bosser sur mon mémoire. Ca avance plutôt bien, je commence à relâcher la pression. J'ai encore écrit un article sur le dernier album de Linkin Park, Recharged, sur le site pour lequel je travaille (aka TheCafeBook, mais vous l'saviez tous)

L'autre soir j'étais crevée et je voulais dormir, vraiment. Mais je suis tombée sur une chanson de The Used que je n'avais pas écoutée depuis genre, deux ans, sur mon iPod. Elle m'a foutue complétement à l'envers et a ramené plein de souvenirs à la surface... Du coup j'ai passé une bonne heure à alterner The Used, Red Jumpsuit Apparatus, Escape the Fate et Falling In Reverse, Asking Alexandria, Bring Me The Horizon, Memphis May Fire, Black Veil Brides, Pierce The Veil, Sleeping With Sirens, Celldweller, même Blink 182 et Sum 41, et tous les autres... j'en ai pleuré. J'ai connu la plupart de ces groupes quand j'étais au lycée (certains au collège), l'époque où j'étais encore insouciante, inconsciente, innocente.

UN JOUR je travaillerai pour un magazine de rock. J'vous jure.  
ET JE FERAI L'ELOGE DU POST-HARDCORE. 
Et de Andy Biersack, Vic Fuentes, Kellin Quinn, Ronnie Radke & des autres. 

lundi 28 octobre 2013



if we stand together we will be unbroken




Edit: J'avais envie de poster cette première vidéo parce que je trouve que Black Veil Brides font sacrément honneur à leurs fans en leur adressant directement cette chanson, ce message de soutien. Ecoutez/Lisez bien les paroles, j'trouve ça vraiment... puissant.

Puis plus tard dans la journée, je suis tombée sur une autre vidéo. En rapport avec deux groupes que j'admire aussi. Et comme j'adore parler de musique - et de ma vie - je vais profiter de cet article pour faire part de ce nouveau coup de coeur, mi-humain mi-musical. Explications :


2006. Je découvre de nombreux groupes de rock, métal, hardcore, screamo, dont Escape The Fate. ETF a très vite rejoint la liste de mes groupes préférés. Quelques mois plus tard, j'apprends que leur leader, Ronnie Radke, quitte le groupe et se fait remplacer par un certain Craig Mabbit (que j'ai détesté avant même de l'entendre, juste parce que personne-ne-peut-remplacer-Ronnie). Je boude un peu Escape The Fate, c'est plus pareil, ça sent la trahison. On a beau parler d'affaires pas nettes, de drogues, de désintox', je n'ai même pas envie de savoir, Ronnie me manque, ETF c'était sa voix, point. 

2011. J'apprends que Ronnie est revenu d'entre les morts et a formé un nouveau groupe, Falling In Reverse. Il n'en faut pas plus pour me convaincre, comme dirait M. Généreux : "J'ACHEEETE!". Résultat, j'écoute Falling In Reverse, pas Escape The Fate (qui existe toujours, avec toujours Craig Mabbit en guise de chanteur). Je sais que les deux groupes sont un peu en froid, ça peut paraître simplet aux yeux de certains mais moi j'suis "Team Ronnie", donc pro-Falling In Reverse.

28 octobre 2013. Alternative Press, l'un des plus grands - et meilleurs - magazines anglo-saxon de la scène rock/métal et cie, publie sur APTV (leur chaîne télé en ligne) une interview intitulée : "Exclusive: Falling In Reverse and Escape The Fate bury the hatchet with upcoming tour". Autrement dit, Falling In Reverse et Escape The Fate enterrent la hache de guerre en planifiant une tournée. Ensemble. Les deux groupes, la même scène, le même public. Il y a deux ans, ça aurait sans doute rimé avec massacre assuré. Curieuse d'en savoir plus sur le pourquoi du comment, je regarde la vidéo de l'interview (plus de vingt minutes quand même), et là... J'suis complétement paumée en fait, je ne sais plus quoi penser. J'vous laisse juger par vous mêmes en fait : 





Outre le fait que dès les premières secondes, j'ai su pourquoi je préférais Ronnie à Craig, ils m'ont juste laissée sur le cul, pardonnez l'expression. Surtout Ronnie, encore une fois. Il fait enfin toute la lumière sur ce qui était tu, sur ce qui était honteusement dissimulé. Ronnie avait des problèmes de drogue, ce qui n'est ni étonnant, ni un secret. Mais alors qu'il était sous l'emprise de stupéfiants, il a été impliqué dans une bagarre au cours de laquelle l'un de ses amis (qui était armé, elle est belle l'Amérique non?) a tué un autre mec. Impliqué dans un meurtre, il a plaidé coupable et a passé quatre ans dans une prison/centre de désintoxication. 

Il était encore incarcéré quand Falling In Reverse a été créé. Pendant ce temps, Craig Mabbit n'avait pourtant pas la belle vie. Les fans lui en voulaient d'avoir "piqué la place" de leur idole (comme quoi, je n'étais pas la seule), au point que Craig, à bout de nerfs, crache au visage de l'un d'eux. C'est à ce moment-là de l'interview que Ronnie remarque : "Vous vous rendez compte où tout ça nous a menés ? On se crache aux visages les uns des autres. Je l'ai fait, il l'a fait" ; "On est tous des trous du cul", conclut Craig. 
C'est toujours Ronnie qui explique à quel point ça a été dur, pour tous les deux, de monter sur scène pour faire ce qu'ils aiment par dessus tout, puis de se retrouver face à un public qui te juge, qui te descend par des mots, des insultes, des huées. 

Les deux chanteurs sentaient, un peu malgré eux, par le biais de leurs fans respectifs, que leurs groupes et qu'eux mêmes étaient en compétition. Ce sont leurs fans, leurs amis, leurs proches qui les ont "confortés" dans cette idée. Ronnie a été convaincu, alors qu'il était encore en prison, qu'il ne pouvait pas apprécier Craig, juste parce que celui-ci chantait dans son groupe. 

Pourtant, c'est Ronnie qui l'a contacté par mail pour lui demander d'enterrer la hache de guerre. Il sentait que c'était le moment de passer l'éponge, qu'il avait suffisamment grandi et mûri pour présenter des excuses et oublier les anciennes rancœurs. D'où l'idée d'une tournée. Escape The Fate + Falling In Reverse, prévue pour janvier/février. L'une des meilleurs idées qu'il ait pu avoir. Hm... juste après celle-là : 


"Why not make a fucking record, with all their favorite singers... for free?" 
 
OUI RONNIE C'EST LA MEILLEURE IDEE DE TOUTE TA VIE !
Si on me demandait mon avis, je te décernerai un Prix Nobel, direct. 
(d'ailleurs je trouve que pour le coup, le Prix Nobel de la Paix serait tout à fait dans le contexte)


RONNIE RADKE JE T'AIME TOUJOURS. Malgré tout. 
Et Craig Mabbit, ben.. allez, je t'aime aussi. QUAND MÊME. 
#TimeToBuryTheHatchet



A gauche, l'une de mes photos préférées quand j'avais genre, 16 ans. Ronnie Radke et Andy Biersack (qui n'en avait que 17 alors, haha).
A droite, "on prend les mêmes et on recommence". Eté 2013.

dimanche 27 octobre 2013

F a l l .

J'ai réussi à avancer dans pas mal de mes projets. Déjà, j'ai renvoyé à la maison d'édition parisienne les épreuves pour mon éventuel stage (ça, c'est faiiit). J'ai d'ailleurs pu découvrir deux livres géniaux, en anglais, avec des histoires hallucinantes, donc cet essai était bien loin d'être un fardeau pour moi.
Ensuite, mon mémoire. Mon sujet me passionne - heureusement - , je le vois partout, j'ai l'impression que tout tourne autour de ça et même si ça fait flipper, je trouve que c'est assez bon signe parce que du coup, j'avance vite, j'ai plein de choses à dire. Bon, vous me ferez remarquer que j'ai toujours plein de choses à dire mais vousvoyezcequejeveuxdire hein. Ça avance, plutôt bien, et je suis déjà rassurée de ne pas me retrouver face à une impasse, face au redoutable syndrome de la page blanche.
Après, toujours au niveau des cours, on a rendu notre dossier de droit - AMEN -, j'ai encore un exposé en anglais (easy), une rédaction en anglais (easy aussi), une plaquette pour le Master à faire, des idées pour le site du Master à trouver... 
Au niveau des projets plus "accessoires", j'ai eeeenfin rattrapé mon retard de The Vampire Diaries, résultat : j'attends l'épisode 5 de la saison 5, comme tout le monde. OUF. Et j'ai commencé Game of Thrones (honte à moi de ne pas l'avoir fait plus tôt, j'étais gênée d'avoir un tel trou dans mon CV culturel haha).


Pour résumer ma semaine, c'était riche en boulot / fous rires / espoirs / déceptions, comme d'hab. Avec une touche de ciné en plus (j'ai vu Gravity et Belle & Sébastien). Ca fait deux samedis d'affilée que je retourne au Kristal : autant la semaine dernière était mouvementée, riche, extraordinaire qu'hier soir bah... c'était un peu désillusion.com. Puis j'suis paumée, toujours un peu plus. 

Encore QUATRE JOURS et je vais enfin poser le pied sur le sol anglais ! Je pars à Londres avec Charlotte, pour une virée Halloween/shopping/Harry Potter. Ca ne peut être QUE génial, je vous en dirai des nouvelles ! 



Photos par Gwenn' @L'Alchimiste, Strasbourg :-)

dimanche 13 octobre 2013

Won't let you fade into darkness.

Devinez quoi : je suis overbookée. Officiellement. Non seulement il y a les cours, les dossiers qu'il faut déjà préparer et rendre, le mémoire, le travail, mais maintenant il y a aussi des épreuves qui s'y ajoutent pour un éventuel-potentiel stage dans une maison d'édition parisienne plutôt connue (dont je tairai le nom, simple superstition). Alors OUI, je vous entends d'ici : je ne suis pas si overbookée que ça étant donné que je prends encore le temps d'écrire un peu sur mon blog. Oui mais en attendant, je n'ai plus le temps d'écrire par ailleurs et ça me manque terriblement, j'ai trop de mots et d'histoires qui se bousculent dans ma tête et que j'aimerais mettre sur le papier (ou sur l'écran), mais je n'ai plus le teeemps. Ca fait trois semaines que je n'ai plus été à l'équitation, ça aussi ça me manque énormément - encore tenir jusqu'à vendredi ! 

J'ai aussi le temps d'aller en boîte encore, mais ça c'est autre chose. Je pars de chez moi à 23 heures, je rentre à 5 heures et je me lève à 10 heures. Si je n'allais pas en boîte, j'irais me coucher à minuit pour me réveiller à neuf heures, donc pas de grand changement ou bien ? Bref. 

Hier soir d'ailleurs c'était l'inauguration du 777, la boîte qui vient de rouvrir ce week-end, à cinq minutes de chez moi. Franchement, déception énorme comparé à la méga-soirée que j'imaginais à la base. Faire la queue dans le froid pendant une heure, attendre une demi-heure pour poser son sac au vestiaire, puis une autre demi-heure pour qu'une serveuse daigne remarquer que tu poireautes depuis trois mille ans pour payer un verre, une demi-heure ou plus pour accéder aux toilettes (deuxième soirée et déjà quatre toilettes "hors service" sur les 7-8 qu'il y a en tout), mouais enfin si ta soirée en boîte se résume à une succession de files d'attente c'est moyen. 
Heureusement qu'il y avait les DJs pour sauver l'honneur - mention spéciale à John Modena - parce que si la musique était toujours la même qu'avant la réouverture j'aurais fait demi-tour direct.
En tout cas la semaine prochaine c'est décidé, pour moi ce sera Kristal. La-maison-la-vraie. Avec de la bonne miouzik aussi. 

Puis juste une mini parenthèse, ça fait quelques jours que je commence à réaliser que je vais voir Black Veil Brides dans... vraiment pas longtemps. Et je me tâte encore à prendre le pass VIP pour Köln, pour les rencontrer et avoir l'occasion de leur adresser quelques mots, même si ce n'est pas long, même si je ne serai qu'une fan parmi les autres à leurs yeux... mais pour moi, ce ne serait pas juste une simple rencontre, pas juste un simple concert. Ca fait des années que j'en rêve (bon ok, que je rêve d'Andy aussi haha), ce serait tellement parfait. Et sans doute aussi la seule opportunité que je n'aurai jamais.
Alors Dieu du Loto ou je-ne-sais-pas-trop-qui, si tu m'entends, PITIE donne moi les moyens pour aller les voiiiiir (ça va, c'est 80€ pas trois millions, j'peux encore me passer d'iPhone pendant trois mois hein). Je sais que l'attente ne va pas me faire tomber ce pack VIP du ciel mais j'y pensais tellement souvent qu'au moins maintenant, je suis soulagée d'avoir écrit ça noir sur blanc. Et ça m'donne encore plus envie de pleureeeer..



mercredi 9 octobre 2013


NOUVELLE MISE EN PAGE DU BLOOOG ! 
Les couleurs, les images, l'ambiance.. bon ok, j'avoue que l'automne me plaît quand même pas mal. Un peu. Pour le moment.


samedi 5 octobre 2013

if you can't hang.

NON, je ne suis pas (encore) morte, désolée de tous vous décevoir. Mais j'ai l'impression de ne plus voir passer les jours, entre mes lectures perso, mes lectures pour le mémoire, les recherches, les cours, le travail, les sorties, les séries... J'aurais plein de sujets à aborder d'ailleurs, on va faire une p'tite liste : 


Mon nouveau marathon Harry Potter

Je suis en train de relire Harry Potter Et L'Ordre du Phénix, que j'ai (re)commencé hier soir pour la, euh.. jenesaispascombientième fois. Soit 5 sur les 7, en moins d'un mois - j'aurai terminé avant la fin du mois, avant la visite des studios HP à Londres, donc j'serai en plein dedans ! 
Puis vous avez sûrement du entendre qu'il y avait un nouveau film en préparation, centré sur l'univers JKRowlingien et les animaux fantastiques... J'ai déjà TROP hâte qu'il sorte ! 


The Vampire Diaries (on va rester dans l'univers fantastique tant qu'à faire hein)

J'en suis à la saison 4 alors que le premier épisode de la saison 5 vient juste de sortir. Mais là, ça commence à sentir un peu trop le rapprochement Damon/Elena et ça ne me plaît PAS. J'aime bien Damon, ouais, il est beau et marrant et il a ce côté mauvais garçon qui me fait craquer tout l'temps, partout, chez n'importe qui, mais Stephan et Elena vont TELLEMENT bien ensemble que c'est du temps perdu de la faire traînasser avec n'importe qui d'autre. Bref, j'me sens un peu all alone quand j'me compare à tou(te)s ces fans qui sont en adoration devant Delena. 


 Automne + temps pourri

Ah ben forcément, on n'échappe pas à la rubrique météo par chez moi ;-). J'ai passé presque toute la journée à l'intérieur, à lire et avancer sur mon mémoire - aucun mérite à ça, y avait juste rien d'autre à faire. Quand j'étais au collège/lycée, je haïssais l'automne. Là, j'ai décidé que ce n'était qu'une saison comme une autre et qu'il y avait moyen de rattraper les choses : déjà, j'adore la mode automnale. Les tons bruns/beiges/kakis, les blousons pas trop épais, les foulards, les baskets montantes, les collants pas-trop-épais, les sweat-shirts, tout ça... Puis y a des bonnes recettes automnales aussi, avec potiron, noix, la cannelle qui revient... Miam miam.


Cours et stage

 Début octobre : encore deux mois et demi avant la fin définitive de ma vie d'étudiante (si tout se passe bien). Mon emploi du temps change toutes les semaines, je n'ai pas beaucoup d'heures de cours mais une dose de travail maison assez conséquente... ou plutôt, carrément flippante. Vendredi prochain (le 11), on aura droit à une p'tite virée au Salon du Livre de Francfort, en Allemagne, même si ça n'envoie pas vraiment du rêve dit comme ça, ça s'annonce plutôt sympa ! 
Je continue de chercher un stage pour janvier, j'ai eu quelques contacts, un nouvel entretien, mais je préfère ne pas trop-trop en parler ici, trop peur que ça me porte malheur ! 



Boh puis voilà, je vais retourner regarder Danse Avec Les Stars (à défaut de sortir danser moi-même, j'ai eu ma dose de sport ce soir déjà). Bonne soirée à tous, bisous bisous :-)
(puis j'aime tellement Jean-Marc Généreux, il vient de nous sortir un couplet épique avec sa kalachikouffe là, énorme)



 

dimanche 22 septembre 2013

tomorrow is mystery.

Le week-end est terminé, et j'suis encore plus fatiguée que quand il avait commencé. Vendredi soir, c'était les demi-finales de l'Euro de basket avec ma sœur, en direct du canapé. Rien de spécial, mais ça m'a permis d'avancer un peu dans le boulot. 
Samedi, journée à.. ne presque rien faire, avant de retrouver les potos pour une soirée Mcdo à domicile + commérages sur les "jeunes de nos jours" qui semblent pressés de se marier, faire des bébés et construire des maisons (chacun son trip, sachant qu'il y a des risques qu'on vive jusqu'à 90 ans j'estime que j'ai encore le temps de voir venir). Ensuite, virée en boîte avec toute une flopée de beaux gosses un peu partout, (auc)un qui m'intéresse. 
Retour à la maison à 5 heures, endormie à 6 heures, réveillée à 10h30 (c'est rare que j'tienne aussi longtemps au lit cela dit!), puis cette après-midi je suis ENFIN remontée à cheval... et j'ai d'ailleurs pu monter Céraphin, pour la première fois. C'est le cheval qui occupe le box de Fils depuis qu'il est parti... ça a fait un peu bizarre, mais ce cheval est top (c'est sûrement du au box). On a fait connaissance sur un parcours un peu.. original, imaginé par Léa, notre mono. Et c'est un bon p'tit cheval ! (qui doit toiser 1m75 au garrot haha)

A part ça, quoi ? J'ai appris via les vidéos du Mad Decent Block Party Tour que Diplo et Sonny Moore, aka Skrillex, allaient former un duo, "Jack U". Bon, ça déchire, comme on peut s'y attendre, leurs premiers sons ne sont certes pas "qualité studio" mais ça envoie du lourd. Par contre.. JE NE VEUX PAS QUE JACK U FASSE DISPARAÎTRE SKRILLEEEEEX *pleure*. 

Et puis le iPhone 5S est sorti, j'ai envie d'aller le kidnapper quelque part. 

Et le soleil a -un peu- repointé le bout de son nez. 

Cette semaine risque d'être assez folklo aussi, j'ai pas mal de trucs à prévoir.. et mon week-end s'annonce assez ouf !


vendredi 20 septembre 2013

men of my life.






Ces mecs là sont les "hommes de ma vie", mes idéaux masculins en gros. Tom Kaulitz, T. Mills, Andy Biersack, Jamie Campbell Bower, Sammy Adams et Machine Gun Kelly (j'ai écourté la liste n'est-ce pas). Je les trouvais d'abord très différents les uns des autres, avant de remarquer qu'ils ont en fait beaucoup plus de points communs qu'on aurait pu imaginer. 



Physiquement parlant, ils sont tous plutôt grands (le plus petit d'entre eux étant Jamie, à 1m83 d'après Wikipédia, ça reste raisonnable, les autres dépassent tous le mètre 90).



Ils sont tous nés entre 1987 (Sammy Adams) et 1990 (Andy & MGK). Donc maximum quatre ans de plus que moi, minimum... moins d'un mois.



Tous parlent anglais. Et tous vivent sur le sol américain, même s'ils n'en sont pas forcément originaires. 



Ils sont tous tatoués ET piercés (oui, tous, même si c'est pas forcément flagrant)



 Il y a un guitariste, trois "rappeurs", un chanteur, un acteur/chanteur/guitariste. DONC, tous ont un rapport avec la musique. Et tous savent faire de la guitare (ma-gni-faïque) - à part Sammy, mais peut-être qu'on n'est juste pas au courant. 



Parlant musique, ils sont tous fans de groupes de métal/rock/screamo & compagnie, même ceux qui ont des têtes de durs rappeurs. Genre, MGK qui est fan d'Avenged Sevenfold, Jamie qui est pote avec le chanteur de Bring Me The Horizon (un autre homme de ma vie), T. Mills qui squatte le Vans Warped Tour (où joue Black Veil Brides, le groupe d'Andy)...  



Tous ont tendance à faire des blagues à la con et des grimaces difformes.Tous seraient les bienvenus à partager ma chambre s'ils devaient se retrouver à la rue. Tous ont une personnalité rayonnante. Tous savent faire la fête - et plutôt bien d'ailleurs.



Le must du must, ce serait vraiment de trouver un mec à l'agenda moins blindé que les leurs qui puissent être un parfait mélange d'eux six. Bon par contre, faudrait juste pas que mon prototype hybride se retrouve avec les tatouages de ces six là superposés les uns aux autres, ça risquerait de faire... vraiment beaucoup.



TOUJOURS EST-IL que si vous correspondez à ces critères, vous êtes priés de vous manifester ET QUE CA SAUTE.



Merci au revoir.